La peur : 2 ère émotion de base

La peur : 2 ère émotion de base

La peur fait partie des émotions universelles de base appelées aussi émotions fondamentales ou primaires. 

Cette émotion déplaisante, comme 5 autres émotions de base (que nous verrons plus tard), fait partie de notre patrimoine de naissance et ce, quels que soit notre culture, notre sexe, notre éducation etc…

Identifier l’émotion qui nous anime et/ou en comprendre le sens n’est pas innée. Durant l’enfance, nous avons été trop peu éduquer à l’attention indispensable à porter sur les émotions qui nous habitent quotidiennement. Cela nous laisse encore aujourd’hui dans une  méconnaissance voire une confusion de nos émotions et de leur message.

C’est pourquoi je vous propose aujourd’hui de décortiquer la 2ème des 6 émotions de base définies par Paul Ekman  :  la PEUR !

Qu’est ce qui déclenche la peur :

On distingue généralement 3 situations : 

  • 1 situation d’inconfort, de manque de clarté, des changements en prévision non maitrisés
  • 1 situation où l’on se sent jugé par rapport à son rôle
  •  1 situation de menace ou danger psychique ou physique, imaginé ou réel, pour soi ou les siens.

Quels sont mes besoins non satisfaits lorsque je ressens de la peur : la sécurité et la protection

La peur se manifeste  lors d’une situation vécue déplaisante, mon environnement est alors insécure et j’ai peu de contrôle  sur la situation.

Et au niveau des manifestations corporelles, qu’est ce que je peux ressentir ?

Une augmentation du rythme cardiaque entrainant une augmentation de mon rythme respiratoire

Activation de la transpiration/ mains moites

Un sentiment d’alerte par une tension dans le corps : Le corps est paralysé l’espace d’un instant, vous laissant le tps de décider de la réaction appropriée.

Le sang est alors dirigé vers les muscles pour préparer l’individu à fuir.

Mes expressions du visage :

Partie intérieure des Sourcils relevée, yeux grand ouverts

Tremblement du visage / pâleur

Ton de la voix chevrotante, intensité forte et aigue

Gestes actifs ou aussi complètement figés, paralysés par la peur

Comment je me sens lorsque je suis en émotion de peur ?

L’évitement / la fuite

Besoin de protection de soi et des siens

Recherche de réconfort / d’apaisement en soi ou par l’autre

Pour rappel : chaque émotion que nous vivons, qu’elle soit plaisante ou déplaisante, représente des risques/vertus et ce, selon l’intensité à laquelle on la vit :

Les VERTUS  : la peur développe …

notre fonction adaptative de protection

nous amène à chercher des informations utiles

peut nous permettre de revisiter nos certitudes et nos vieilles idées / reconsidérer les risques potentiels que l’on court réellement

et permet aussi de réunifier, de rapprocher les membres d’un groupe

Les RISQUES : à l’inverse une peur intense peut entrainer : 

Une restriction de mon focus attentionnel (vision tunnel)

Une restriction de ma pensée

Le développement des comportements de fuite / sidération / comportements superstitieux pour éviter les menaces

 

La PEUR fait partie de la catégorie des émotions de résignation :

Au travail : l’émotion de peur peut souvent déclencher de la colère, comme pour ne pas perdre la face devant les autres.

Sur l’autoroute de l’émotion de « PEUR », l’anxiété est une émotion fortement liée à une évaluation de perte de contrôle sur les évènements et leurs conséquences sur moi/les autres :  nous sommes alors dans une sur estimation du degré de menace et une sous estimation de nos capacités à faire face d’où

=> AUGMENTATION de NOS PENSEES négatives.

A l’inverse , l’inquiétude concerne une perception plutôt réaliste d’une menace avec une juste évaluation de nos capacités à faire face.

    La peur est une émotion essentielle à notre survie !

    La joie : 1 ère émotion de base

    La joie : 1 ère émotion de base

    La joie fait partie des émotions universelles de base appelées aussi émotions fondamentales ou primaires. 

    Cette émotion plaisante, comme 5 autres émotions de base (que nous verrons plus tard), fait partie de notre patrimoine de naissance et ce, quels que soit notre culture, notre sexe, notre éducation etc…

    Identifier l’émotion qui nous anime et/ou en comprendre le sens n’est pas innée. Durant l’enfance, nous avons été trop peu éduquer à l’attention indispensable à porter sur les émotions qui nous habitent quotidiennement. Cela nous laisse encore aujourd’hui dans une  méconnaissance voire une confusion de nos émotions et de leur message.

    C’est pourquoi je vous propose aujourd’hui de décortiquer une à une les 6 émotions de base définies par Paul Ekman  : commençons par la JOIE !

    Qu’est ce qui déclenche la joie :

    Généralement une situation d’accomplissement / de réussite

    On entend ici des actions dont nous à l’origine mais également des actions réalisées par les autres et pour lesquelles nous ressentons de la joie comme si c’était pour nous !

    Quels sont mes besoins satisfaits lorsque je ressens de la joie : partage / échange

    Dans la joie, la situation vécue est plaisante / l’environnement est sûr / mon contrôle de la situation est élevé.

    Et au niveau des manifestations corporelles, qu’est ce que je peux ressentir ?

    Diminution du rythme cardiaque

    Ralentissement de la respiration

    Je suis plein(e) de tonus / toutes les parties de mon corps sont activées

    Mes expressions du visage :

    Sourcils haut / yeux plissés

    Bouche ouverte / souriante / les joues remontées

    Ton de la voix : énergique / monte dans les aigus

    En somme un visage ouvert / communiquant / rayonnant

    Comment je me sens lorsque je suis en émotion de joie ?

    Excité / me sent libre / créatif / motivé

    Envie d’aller vers les autres / envie d’être avec les autres pr bien sûr PARTAGER

    Renforce les liens entre les personnes

    Chaque émotion que nous vivons, qu’elle soit plaisante ou déplaisante, représente des risques/vertus et ce, selon l’intensité à laquelle on la vit :

     

     

     

    Les VERTUS  : la joie développe …

    La générosité / la patience / la tolérance envers soi même mais aussi envers les autres

    Développe sa force intérieure

    Je me sens plus ouvert / plus confiant

    J’ai envie de célébrer

    Les RISQUES : la joie peut par contre provoquer … 

    Une baisse de la pensée productive / diminution de ma capacité d’analyse

    Faire davantage recours à l’usage de stéréotypes en sorte que j’en viens à traiter l’information de manière GLOBALE

    Une baisse de la concentration (je ne fais par exemple plus attention sur l’instant à ce qui m’entoure) et je peux donc prendre des risques non correctement mesurés.

     

    La JOIE fait partie de la catégorie des émotions d’accomplissement :

    Vivre davantage d’émotions joyeuses dans votre quotidien ont un effet à la fois relaxant et énergisant. La joie agit sur diverses hormones comme : 

    • la dopamine(hormone du plaisir)

    • la sérotonine(hormone de la bonne humeur)

    • l’adrénaline(hormone de l’excitation)

    • l’ocytocine(hormone du lien social).

    Elle permet de nous adapter à certaines situations avec beaucoup plus de plaisir !

    L’intelligence émotionnelle ou comment dompter ses émotions pour gagner en mieux-être ! 

    L’intelligence émotionnelle ou comment dompter ses émotions pour gagner en mieux-être ! 

    L’intelligence émotionnelle vous connaissez peut-être ?                                                                                           

    On parle souvent de « gestion des émotions » or l’intelligence émotionnelle est un concept scientifique qui a officiellement été reconnu dans les années 90. (Pères fondateurs – Peter Salovey et John Meyer).

    En quelques mots : l’intelligence émotionnelle est une forme d’intelligence supposant une habileté à contrôler ses émotions et ceux des autres, à faire la distinction entre eux et à utiliser cette information pour orienter ses pensées et ses actions. Et lorsque l’on contrôle ses émotions, on gagne automatiquement en mieux-être pour soi mais l’on peut également aider aussi les autres à se sentir bien !

    Même si nous sommes tous conscients que nous ressentons des émotions, nous sommes malgré cela bien en peine de savoir les repérer, les décrire précisément. Pour comprendre l’univers des émotions, encore faut-il qu’on nous l’explique vraiment !

    Les émotions ont été longtemps considérées comme individuelles, comme des expériences privées.

    Qu’avons-nous appris au sujet de nos émotions par nos parents, nos divers enseignants, notre environnement social ? 

    De NE PAS Y SUCCOMBER ET SURTOUT SE MEFIER DE NOS EMOTIONS !

    Or l’émotion est bel et bien un MESSAGE important qu’il nous faut prendre en compte. Il n’y a pas de BONNE ou de MAUVAISE émotion : l’essentiel est simplement de savoir décoder POUR QUOI nous la vivons à cet instant précis.

    L’émotion c’est tout un processus :

    Il y a tout d’abord une situation => à laquelle nous prêtons notre attention => et que nous interprétons en fonction de tout un tas de filtres personnels => ce qui déclenche alors notre comportement.

    Comment bien décoder nos émotions ?

    Pour bien interpréter nos émotions, il est nécessaire de porter notre attention sur 3 questions essentielles nous permettant d’établir dans un 1er temps un diagnostic émotionnel précis :

    1 – Quel(s) a (ont) été le(s) déclencheurs(s) de mon émotion ?

    2 – Qu’est ce qui me permet de repérer la présence d’une émotion ?

    3 –  Que se passe-t-il dans mon corps lorsque je ressens cette émotion ?

    Une fois ce diagnostic posé, nous pouvons appréhender une stratégie émotionnelle pour changer le cours des choses.

    Nous vivons tous et toutes des émotions à des degrés d’intensité différente selon qui nous sommes. Savoir repérer où nous en sommes dans l’intensité nous permet de savoir si l’émotion peut aller ou pas encore plus loin.

    Il nous faut également prendre en compte la valence de chacune de nos émotions, en somme : qu’est ce que je gagne/perds à vivre cette émotion ?

    je peux alors essayer de cibler une émotion (émotion cible), à un degré d’intensité précis qui me permettrai de mieux gérer la situation. Connaissant tout cela, je peux parvenir à influer sur mon futur émotionnel en dégageant des stratégies de régulation.

    Autant au travail que dans notre sphère privée, nous rencontrons des évènements et d’interactions potentiellement générateurs d’émotions. Les émotions font partie de notre quotidien, elles sont en nous, innées ou imitées. Elles jouent également un rôle important dans notre bien-être, dans le conditionnement de nos pensées, dans notre manière d’appréhender le monde qui nous entoure.

     

    Charge à nous d’en prendre conscience, de les repérer, les qualifier afin d’y intégrer une notion de contrôle pour garantir un mieux-être.

     

    Alors n’attendez plus pour développer votre propre intelligence par un coaching professionnel, réalisé sur mesure. Un test de mesure (le Q.E. Pro) est également disponible pour les professionnels du management.

    Le 1er entretien de rencontre est gratuit et sans engagement !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L’intelligence émotionnelle vous connaissez peut-être ?                                                                                           

    On parle souvent de « gestion des émotions » or l’intelligence émotionnelle est un concept scientifique qui a officiellement été reconnu dans les années 90. (Pères fondateurs – Peter Salovey et John Meyer).

    En quelques mots : l’intelligence émotionnelle est une forme d’intelligence supposant une habileté à contrôler ses émotions et ceux des autres, à faire la distinction entre eux et à utiliser cette information pour orienter ses pensées et ses actions. Et lorsque l’on contrôle ses émotions, on gagne automatiquement en mieux-être pour soi mais l’on peut également aider aussi les autres à se sentir bien !

    Même si nous sommes tous conscients que nous ressentons des émotions, nous sommes malgré cela bien en peine de savoir les repérer, les décrire précisément. Pour comprendre l’univers des émotions, encore faut-il qu’on nous l’explique vraiment !

    Les émotions ont été longtemps considérées comme individuelles, comme des expériences privées.

    Qu’avons-nous appris au sujet de nos émotions par nos parents, nos divers enseignants, notre environnement social ? 

    De NE PAS Y SUCCOMBER ET SURTOUT SE MEFIER DE NOS EMOTIONS !

    Or l’émotion est bel et bien un MESSAGE important qu’il nous faut prendre en compte. Il n’y a pas de BONNE ou de MAUVAISE émotion : l’essentiel est simplement de savoir décoder POUR QUOI nous la vivons à cet instant précis.

    L’émotion c’est tout un processus :

    Il y a tout d’abord une situation => à laquelle nous prêtons notre attention => et que nous interprétons en fonction de tout un tas de filtres personnels => ce qui déclenche alors notre comportement.

    Comment bien décoder nos émotions ?

    Pour bien interpréter nos émotions, il est nécessaire de porter notre attention sur 3 questions essentielles nous permettant d’établir dans un 1er temps un diagnostic émotionnel précis :

    1 – Quel(s) a (ont) été le(s) déclencheurs(s) de mon émotion ?

    2 – Qu’est ce qui me permet de repérer la présence d’une émotion ?

    3 –  Que se passe-t-il dans mon corps lorsque je ressens cette émotion ?

    Une fois ce diagnostic posé, nous pouvons appréhender une stratégie émotionnelle pour changer le cours des choses.

    Nous vivons tous et toutes des émotions à des degrés d’intensité différente selon qui nous sommes. Savoir repérer où nous en sommes dans l’intensité nous permet de savoir si l’émotion peut aller ou pas encore plus loin.

    Il nous faut également prendre en compte la valence de chacune de nos émotions, en somme : qu’est ce que je gagne/perds à vivre cette émotion ?

    je peux alors essayer de cibler une émotion (émotion cible), à un degré d’intensité précis qui me permettrai de mieux gérer la situation. Connaissant tout cela, je peux parvenir à influer sur mon futur émotionnel en dégageant des stratégies de régulation.

    Autant au travail que dans notre sphère privée, nous rencontrons des évènements et d’interactions potentiellement générateurs d’émotions. Les émotions font partie de notre quotidien, elles sont en nous, innées ou imitées. Elles jouent également un rôle important dans notre bien-être, dans le conditionnement de nos pensées, dans notre manière d’appréhender le monde qui nous entoure.

     

    Charge à nous d’en prendre conscience, de les repérer, les qualifier afin d’y intégrer une notion de contrôle pour garantir un mieux-être.

     

    Alors n’attendez plus pour développer votre propre intelligence par un coaching professionnel, réalisé sur mesure. Un test de mesure (le Q.E. Pro) est également disponible pour les professionnels du management.

    Le 1er entretien de rencontre est gratuit et sans engagement !